👋

Hey !

Afin de mesurer l’audience, vous offrir une expérience utilisateur toujours meilleure, vous faire des recommandations de contenus et de vous proposer des publicités personnalisées, nous utilisons des cookies. En consultant l’article vous acceptez ces cookies.

  • Témoignages

Témoignage : Rencontre avec Nicolas, gérant des salons Big Moustache

Par Aurélie Pauker

Le 19.07.2019

Découvrez Nicolas, gérants des salons Big Moustache

 

 

Présente-toi et présente ton concept

Nicolas, je suis le fondateur de Big Moustache. Big Moustache, c’est une marque de soins pour homme. Ce qu’on entend par soins, c’est d’un côté les produits, on a développé une marque de produits de soin : rasage, entretien de la barbe, soins du corps, etc. Et puis de l’autre côté, c’est aussi les soins qu’on applique dans nos salons.

On a ouvert des salons de barbier et coiffure sur Paris. On en a 3, et l’idée est de prolonger l’expérience, on a les produits dans sa salle de bain d’un côté et on a l’expérience en salon qui permet d’avoir les conseils et l’application de ses produits par des professionnels.

 

Quelles sont tes principales missions ?

Les missions, c’est justement d’arriver à rendre ce projet cohérent. À la fois les ventes en ligne, l’abonnement de lames de rasoir, l’activité dans les salons, et justement de faire passer dans toutes ces activités le même message : qu’on est là pour rendre la routine matinale des hommes plus confortable et plus agréable, et on est là pour leur apporter le plus de soins possible.

 

Nos barbiers sont très impliqués dans tout ce qu’on fait aussi en ligne, parce qu’on fait également beaucoup de contenus, beaucoup de vidéos, de tutos, etc. Ce sont nos barbiers dans nos salons qui les font.

Et à l’inverse, la vente en ligne et tout ce qu’on peut produire sur le site va nous servir aussi dans l’activité physique, puisqu’on parle beaucoup sur Internet pour ramener des clients en salon.

L’idée, c’est d’orchestrer toutes ces équipes mais de les lier, alors que sur papier ce sont des métiers très différents. Moi mon objectif principal, c’est ça.

 

Big Moustache a une belle présence digitale, comment est-elle gérée ?

Big Moustache on est né sur Internet, donc notre force c’est vraiment notre présence digitale, réseaux sociaux, blog, site Internet, etc. On met le paquet là-dessus.

Dans l’équipe il y a 4 personnes qui travaillent vraiment sur cette activité-là. La Responsable de Communication est là pour chapeauter toute l’équipe, les prises de paroles, etc., et donner un peu le fil rouge de ce qu’on veut mettre en avant, ce dont on veut parler et regarder évidemment le plus loin possible.

En-dessous, il y a 3 personnes :

  • Il y a une personne qui ne fait que de la photo et de la vidéo pour réaliser tous nos contenus photos et vidéos.
  • Il y a une personne qui ne fait que de la rédaction texte, blog, newsletter, etc. qui sont toutes les prises de paroles texte. C’est digital et un petit peu physique.
  • Il y a une personne qui s’occupe des réseaux sociaux au sens large, c’est gestion de la ligne éditoriale et de tout venant, et être le plus réactif possible sur les réseaux et apporter un benchmark par rapport à ce qu’il se fait ailleurs et essayer de trouver des bonnes manières de prendre la parole et de donner la parole.

 

Le prochain défi de Big Moustache ?

Ce qu’on veut avant tout, c’est développer la marque. Aujourd’hui, on a une marque qui est rentable sur toutes ses activités, aussi bien sur le Web qu’en physique avec les salons, et autant en produits qu’en prestations de service. Demain, notre priorité, c’est vraiment de pouvoir accélérer, ça veut dire aller chercher des fonds propres supplémentaires pour pouvoir se donner les moyens de devenir une marque de référence. On a largement élargi la gamme de produits, on a une quarantaine de produits, encore une fois : entretien de la barbe/moustache, rasage.

On est en train d’aller beaucoup plus sur le corps. On s’attaque aussi au marché du cheveu, parce que ce sont des prestations de coiffure qu’on fait aussi dans le salon donc l’idée c’est de proposer tous les produits.

 

On a beaucoup de projets et on voudrait faire tout ça en même temps. L’idée, c’est de développer de nouveaux produits, trouver de nouveaux distributeurs, en France et à l’étranger. On a une marque qu’on veut exporter puisque tous nos produits sont Made in France, et on veut vraiment exporter ce savoir-faire produit et ce savoir-faire soin qu’on apporte dans les salons.

 

La réservation en ligne, ça marche ?

La réservation en ligne chez Big Moustache, c’est notre canal principal d’acquisition et la plupart des clients prennent rendez-vous en ligne. C’est un outil indispensable parce qu’on a une grosse présence digitale. Aujourd’hui, quand on veut être une marque forte et proposer le meilleur service aux clients, on n’a pas le choix que de proposer la réservation en ligne.

Celle de Wavy est pour nous la plus efficace, parce que c’est la plus simple et la plus rapide, et c’est ce que cherchent les clients aussi. Ils ne veulent pas créer un compte pour cela, ils veulent juste choisir un créneau, un barbier, un jour, mettre un téléphone pour recevoir le SMS de confirmation et basta.

Aujourd’hui on est à peu près à 80% de rendez-vous qui sont pris en ligne, c’est aussi parce que nous on met énormément l’accent dessus. On sponsorise des publications sur Facebook, Instagram, Google, pour pousser cette réservation en ligne.

 

Une anecdote ?

Je n’ai pas une anecdote mais on en a plein parce qu’en fait je travaille avec toute l’équipe au milieu d’un salon. C’est un métier qu’on ne connaissait pas avant cela, on partage l’espace, on cohabite je dirais dans cet espace. Des anecdotes on en a plein parce qu’on est vraiment au coeur du réacteur et au coeur du salon.

Que ce soit des enfants qui jouent le mercredi au milieu du bureau, à un voisin qui passe très régulièrement chantonnant dans la cour, des clients qui passent régulièrement juste pour dire “Bonjour” parce qu’ils se sentent bien dans l’espace. On en a plein de moments où on aimerait travailler sur un truc et on est entre guillemets “dérangé” pour répondre à un client.

Mais après, pour nous c’est hyper bénéfique et on sait que c’est hyper positif. On doit faire entre guillemets “face à ces petits aléas” de supporter parfois une musique qu’on n’aime pas, de supporter les bruits de sèche-cheveux, mais à côté de ça on a les clients à côté de nous, avec nous, et quand on est en train de développer un produits, on peut se tourner vers eux et dire “Monsieur, on est en train de développer un produit, est-ce qu’on peut l’utiliser sur vous ?”, “On est en train de proposer tel service, est-ce que ça vous plairait ?”, “On est en train de changer ça sur le site, regardez sur l’iPad, est-ce que ça vous plairait ou pas ?”. C’est hyper riche pour nous, en tout cas on continuera à entre guillemets “aussi à embêter nos clients” et à leur faire partager notre aventure.

Ecrit par

Aurélie Pauker

Toujours attirée par le monde de la coiffure et de la beauté, je réponds aujourd'hui aux problématiques que vous pouvez avoir.