👋

Hey !

Afin de mesurer l’audience, vous offrir une expérience utilisateur toujours meilleure, vous faire des recommandations de contenus et de vous proposer des publicités personnalisées, nous utilisons des cookies. En consultant l’article vous acceptez ces cookies.

  • Témoignages

Témoignage : Benoît, gérant du salon B’Quinz

Par Aurélie Pauker

Le 16.01.2019

Découvrez Benoît, gérant du salon B’Quinz Paris 10

 

Bonjour Benoît, est-ce que tu peux te présenter et ton salon ?

Moi, c’est Benoît, mon salon est 15 rue d’Hauteville et il s’appelle B’Quinz.

 

Pourquoi as-tu ouvert ce salon ?

Alors déjà, parce que c’était un rêve de gosse. Ça fait 15 ans que je suis dans la coiffure et l’occasion s’est présenté, et surtout mon rêve aussi était d’ouvrir mon salon avant mes 30 ans et je l’ai ouvert pile-poil avant mes 30 ans.

 

Qu’est-ce que tu as fait avant d’ouvrir ton salon ?

J’ai travaillé tout le temps en salon de coiffure. Ça fait exactement 15 ans que je travaille en salon.

 

Pourquoi tu as choisi Wavy ?

Parce qu’une équipe jeune, une équipe un peu parisienne et quelque chose d’assez simple au niveau de l’application. Quelque chose qui se rapproche de l’iPhone. Donc, vraiment, c’est pour ça que j’ai choisi Wavy.

 

Pour toi quelles sont les missions les plus complexes dans la gestion d’un salon ?

Alors, énormément de choses ! Parce que je gère tout, je fais la com, je fais la compta, je fais les stocks. Je fais quasiment tout, je délègue rien. Je suis tout seul à tout gérer. Mais j’apprends de jour en jour. Et en fait, je bosse aussi en binôme avec ma mère. Mais j’apprends de jour en jour. Je dirais que tout est difficile, mais quand on bosse en binôme avec sa mère, ça, c’est simple ! Mais la comptabilité, c’est le plus dur. On a un cabinet comptable qui gère ça. Mais après derrière, j’essaye un peu de gérer tout ça, moi aussi et d’apprendre ce que c’est que la comptabilité, mais en gros, c’est le plus dur.

 

Est-ce que tu as un conseil à donner aux personnes qui vont ouvrir un salon de coiffure ?

De se lancer. C’est un super projet. Par contre, il ne faut pas se lancer trop vite. De bien évaluer tout ce qui peut y avoir autour, parce que ce n’est pas évident. Et surtout d’avoir un bon entourage, ne pas hésiter à contacter sa famille, parce que je pense que d’être entouré de sa famille, c’est le plus important. Mais surtout ne pas se lancer seul. D’avoir un super bon entourage, c’est hyper important.

 

Est-ce qu’il y a des erreurs que tu as faites ?

Pour l’instant, non, parce que je suis hyper bien entouré de ma famille et mon conjoint. Donc, non, pour l’instant, j’ai rien. Aucun regret pour l’instant.

 

Es-tu présent au niveau digital ?

Oui, alors pour le coup, je suis présent avec Facebook, Instagram et avec l’appli Wavy, donc oui. Je pense que je suis un peu carré là-dessus. Avant de monter le salon, je mettais un peu renseigné sur tout ce qui pourrait y avoir. Et avant de monter mon salon, j’avais déjà bossé avec l’appli Wavy, qui m’avait bien plu et c’est pour ça que je bosse avec.

 

Est-ce que tu aurais envie d’être plus accompagné sur ce qui est la partie digitale ?

On a toujours un peu plus envie d’être accompagné, parce que c’est toujours plus simple. C’est toujours dur à gérer seul. Après un coup de pouce, on aime toujours ça. C’est toujours un plus, surtout quand ce n’est pas son propre métier à soi. Parce que moi ce n’est pas mon métier et quand des gens, c’est leur métier, oui. J’accepte !

 

Tu avais travaillé combien de temps avec l’application Wavy et qu’est-ce qui t’avait plu ?

J’ai bossé quelques mois. Je ne sais pas combien de mois, mais j’avais bossé quelques mois avant. En fait ce que j’ai beaucoup aimé… En fait, j’avais bossé l’appli Wavy et avec un concurrent de Wavy. Mais ce que j’avais surtout apprécié, c’était la simplicité de l’application. Ça se rapproche quand même de l’iPhone et c’est que j’avais apprécié, surtout la simplicité de l’application. Est-ce qu’il y a autre chose qui a motivé ton choix pour Wavy ? Déjà le côté jeune de l’équipe, c’est plaisant. Le côté simple. Une équipe jeune et dynamique. Et puis le côté parisien, je pense que ça regroupe un peu tout ce que moi, j’avais envie. C’est surtout ça en fait. Je pense que c’étaient les 3 éléments qui pouvaient regrouper mon envie de choisir l’application.

 

La fonctionnalité Wavy que tu préfères ?

Le back-office, je le trouve assez simple, c’est surtout ça. J’ai réussi moi-même, alors que je suis vraiment pas très bon dans les applications. J’ai réussi moi à me faire vraiment à tout ça et régler l’application comme moi, je le veux. Comme moi, je voulais la gérer. Donc ça, je trouve ça vraiment bien.

 

Une anecdote sur le salon ?

Les travaux, du coup que j’ai fait seul avec mon père, qui ont été compliqués des fois. Mais ce serait peut-être ça, une anecdote pas spécialement, mais surtout un package. J’ai fait tous les travaux seul, donc c’était très chiant, c’était surtout ça, je pense.

 

Le salon de coiffure du futur ? Un salon de coiffure où il n’y aurait pas d’humain. En gros, c’est ça, je pense. Un salon de coiffure où tout serait géré par des machines. Il n’y aurait plus de qualité humaine.

 

Créativité ou comptabilité ?

Créativité

 

Relaxé ou stressé ?

Stressé

 

Modernité ou antiquité ?

Modernité

Ecrit par

Aurélie Pauker

Toujours attirée par le monde de la coiffure et de la beauté, je réponds aujourd'hui aux problématiques que vous pouvez avoir.